Artemisia

les armoises, avec plus de 200 espèces décrites, sont des plantes herbacées souvent aromatiques. Les feuilles sont alternes et les petites fleurs en grappes se situent en bout de tige. Voir La Flore d'Europe occidentale de Marjorie Blamey et Christopher Grey-Wilson page 412 où 11 espèces sont décrites.

Les principales sont, dans la nature, l'armoise commune, l'absinthe, l'armoise maritime, l'estragon et l'armoise champêtre

Avertissement : comme toute plante sauvage, suivre les règles de cueillettes et consommer en petites quantités.

Toxique a haute dose!

 planche artemisia


L’Armoise commune ou Armoise citronnelle (Artemisia vulgaris) est une espèce de plantes herbacées vivaces de la famille des Astéracées ou Composées (Asteraceae). armoise planche

Commune dans les régions tempérées, parfois cultivée comme ornementale, cette plante est appréciée pour son superbe feuillage découpé et ses propriétés médicinales.

Cette plante est en effet connue depuis l'Antiquité. Les Gaulois la nommaient « ponema », mais son genre vient du nom latin de la déesse Artémis, qui avait aussi pour rôle de protéger les femmes malades.

Les feuilles sont d'une belle couleur argentée en dessous, ce qui peut rappeller la Lune, astre d'Artémis!

Les fleurs sont petites et d'un rose pâle.

Autres noms, pouvant désigner éventuellement d'autres espèces : armoise, artémise, ceinture de Saint-Jean, couronne de Saint-Jean, herbe aux cent goûts, herbe à Saint-Jean, herbe de feu, herbe royale, remise, tabac de saint Pierre.

 

Utilisations

Légume

Les toutes jeunes feuilles ciselées ont un très agréable goût d'artichaut (condiment des salades). Les vieilles sont dures et amères: il vaut mieux les sécher et les utiliser en poudre.

 

P1100037Expérience de Virginie : cette année pour la première fois, j'ai réduit mes feuilles séchées d'armoise en poudre, mais j'ai obtenu une sorte de laine difficile à séparer des particules; elle est utilisée en infusion.

 

Ramassez-les dès le printemps et en été, avant la floraison; séchez-les à l'ombre; conservez-les dans un récipient hermétique.
Dans les cuisines allemandes, anglaises et espagnole, les feuilles servent à farcir les viandes et le gibier car elles contiennent des substances dissolvant les graisses. Au Japon, elles aromatisent et elles colorent le riz.

http://cuisinesauvage.org/les-plantes/voir/armoise-commune/

 

Tisane (Application en phytothérapie)

800px-Selçuk_statue_Artemis

*A N'EMPLOYER QUE SUR PRESCRIPTION MÉDICALE. TOXIQUE A FORTE DOSE. POLLEN ALLERGISANT. Interdite aux femmes enceintes ou allaitantes (c'est la plante abortive la plus connue après la rue, jadis systématiquement cultivée dans les jardins des avorteuses).
L'infusion des feuilles (ou son huile essentielle très diluée*) régule le cycle menstruel et les règles. Prise régulièrement durant la deuxième moitié du cycle, elle supprime/réduit le syndrome prémenstruel qui précède les règles, ainsi que les spasmes de l'utérus et les douleurs abdominales lors des règles, comme toutes les plantes patronnées par la déesse Artemis ("Artemisia"), protectrice des vierges et des femmes malades.

"Si la femme savait la vertu de l'artémise, elle en aurait toujours entre peau et chemise" (dicton populaire).


L'artémisine (ou artéannuine) qu'elle contient est le meilleur remède contre le paludisme (malaria) et c'est aussi un bon herbicide naturel!
L'armoise sert aussi contre la dépression, la perte d'appétit, les vers parasites et comme lotion contre les mycoses. Enfin, en médecine chinoise, on en fait brûler de petits tas déposées en des endroits précis sur la peau! Sous le nom de qinghao, ils la prescrivent contre la fièvre.

http://www.jardin-et-ecotourisme.fr/armoise-commune-397.htm

 Petite

armoise phyto

 Hildegarde dit de  l'armoise :

(François-Xavier de Guibert, L’art de Guérir par l’alimentation selon Hildegarde de Bingen, recettes, traitements et régimes, Paris, 2007, Groupe Artège, p. 116. )

« Si quelqu’un éprouve des douleurs après avoir mangé ou bu, qu’il fasse cuire de l’armoise avec de la viande ou de la graisse (cuite) ou encore dans des légumes ou toute autre préparation et qu’il en mange. L’armoise élimine et fait disparaître la pourriture que le malade s’est attirée par les aliments et les boissons qu’il a pris auparavant. » Hildegarde.

Indications thérapeutiques : ulcères gastriques et ulcères du duodénum, erreurs alimentaires, brûlures d’estomac, gastrites, sensibilité gastrique, faiblesse du tissu conjonctif, hémorroïdes, varices.

Mode d’emploi : cuire des feuilles fraîches hachées menu ou 1 à 3 pointes de couteau de poudre d’armoise avec les plats de volaille, de viande et de poisson. L’armoise aide à mieux digérer les graisses (rôti de canard ou d’oie), elle s’utilise également dans les potages aux herbes et dans la salade.

Culture : dans les endroits ensoleillés. Plante vivace pluriannuelle.

Récolte : boutons (de fleurs), feuilles seulement avant la floraison.

 

Sur le blog des jardin de Thelème :

"En Gaule, les druides offraient cette plante à leurs dieux. On portait, pour sauter les feux de la Saint-Jean d’été, des ceintures ou des couronnes d’armoise contre les maux de reins et les fièvres si bien que « ceinture»  ou « couronne de la Saint-Jean»  désignent encore la plante. Des jarretières d’armoise devaient permettre de parcourir des lieux, en une seule traite, sans fatigue."

 

 

 

 

 

NE PAS CONFONDRE !!

Ambrosia artemisiifolia L., l'ambroisie à feuilles d'armoise ou ambroisie élevée, est originaire d'Amérique du Nord et d'Amérique du Sud. C'est une plante herbacée annuelle, qui pousse dans ses régions d'origine dans les champs cultivés, les pâturages et terres en friches (plante adventice), ainsi que sur les bords de routes et les terres non cultivées (plante rudérale).

L'espèce a été introduite en Europe à partir de la fin du XIXe siècle, ainsi que dans la plupart des régions tempérées ou tempérées chaudes du monde, où elle s'est souvent naturalisée, notamment en Afrique du Nord, au Proche-Orient et en Australie. Elle est devenue indésirable car c'est une plante envahissante, dont le pollen provoque des allergies graves chez les personnes sensibles.

 


 L'absinthe (Artemisia absinthium L.) aussi nommée grande absinthe en opposition avec la petite absinthe (Artemisia pontica) est une espèce de plantes de la famille des Astéracées.Artemisia_absinthium_-_Köhler–s_Medizinal-Pflanzen-164

Noms communs : grande absinthe, absin, aluyne, aluine, alvine, aloïne, armoise (herbe de la Saint-Jean), herbe sainte, herbe aux vers, menu alvine, armoise amère, absinthe.

L'extrait fermenté d'absinthe possède des propriétés insectifuges (repousse les femelles pondeuses de piéride du chou et de carpocapse) et fongicides (notamment sur la rouille du groseillier)

Dans le principe des cultures associées, l'absinthe, de par ses sécrétions racinaires d'absinthine, exerce un effet inhibiteur sur la croissance des plantes environnantes, ainsi que des adventices. Il est donc préférable de ne la planter que sur les bords des planches de culture.

Utilisée comme vermifuge dans les maladies de l'estomac, provoquer les règles, contre la fatigue, contre le mal de mer et ses nausées, cette plante peut être utilisée en infusion avec du vin, de la bière, en poudre ainsi qu'en décoction. En usage externe, on recourt à un cataplasme chaud, mais également à la décoction

 

Artemisia_absinthium_0002Une longue histoire !

L'absinthe est un ensemble de spiritueux à base de plantes d'absinthe, également appelé « fée verte » ou encore « bleue ».

En France, la législation interdisait l'appellation « absinthe » jusqu'en 2011, elle était alors appelée « spiritueux aux plantes d'absinthe ».

En Belgique, entre 1905 et 2005, ont été interdits la fabrication, le transport, la vente et le débit de toute liqueur contenant de l'essence d'absinthe.

En Égypte ancienne, l'usage médical d'extraits d'absinthe est mentionné dans le Papyrus Ebers (entre - 1600 et - 1500). Pythagore et Hippocrate (460-377 av. J.-C.) parlent d'alcool d'absinthe et de son action sur la santé, son effet aphrodisiaque et sa stimulation de la création.

Les Grecs anciens consommaient également du vin aux extraits d'absinthe, absinthites oinos

Le poète latin Lucrèce, au début du livre quatrième de son ouvrage De la nature des Choses, mentionne les vertus thérapeutiques de l'absinthe, que l'on fait boire aux enfants malgré l'amertume du breuvage grâce à un peu de miel au bord d'une coupe.

 

Victor_Leydet_Absinthe_Pernod_Lunel

L’absinthe connut un vif succès au XIXe siècle, mais elle fut accusée de provoquer de graves intoxications (contenant entre autres du méthanol, un alcool neurotoxique), décrites notamment par Émile Zola dans L'Assommoir et ayant probablement alimenté la folie de certains artistes de l'époque (Van Gogh, Toulouse-Lautrec...). Elle est également connue pour son effet abortif.

Dès 1875, les ligues antialcooliques (groupées autour de Louis Pasteur et de Claude Bernard), les syndicats, l'Église catholique, les médecins hygiénistes, la presse, se mobilisent contre « l'absinthe qui rend fou ».

En 1906, la ligue nationale française antialcoolique recueille 400 000 signatures dans une pétition.

En 1908, le groupe antialcoolique qui s'est constitué au Sénat veut faire voter trois mesures :

  1. interdiction de l'absinthe,
  2. limitation du nombre des débits de boissons,
  3. suppression du privilège des bouilleurs de cru.

Ceci conduisit à son interdiction dans de nombreux pays ; en France, interdiction qui dura jusqu'au 18 mai 2011 ; en Suisse  1er mars 2005

En réalité, il est clairement dit dans le projet d'interdiction de l'absinthe en France que la boisson est interdite pour lutter contre l'alcoolisme.

Le 2 novembre 1988, un décret, signé par Michel Rocard, autorise et règlemente la présence de thuyone (principale molécule de l'huile essentielle d'absinthe, présente dans la grande et la petite absinthe) dans les boissons et l'alimentation, ce qui permet techniquement de produire à nouveau de l'absinthe en France.

Comment se préparer un petit verre d'absinthe?

L'absinthe pure est tout d'abord versée dans un verre spécifique sur lequel on place une cuillère (appelée pelle) à absinthe. On place ensuite un demi-sucre ou un sucre sur la cuillère sur lequel on verse de l'eau glacée au goutte à goutte. Comme le pastis, l'absinthe se dilue dans trois à cinq fois son volume d'eau. Au moment où le tout premier volume d'eau vient "troubler" la liqueur (voir effet Ouzo), une discrète émanation de couleur bleue peut être visible et a été à l'origine de la dénomination "La Bleue", l'autre nom vernaculaire donné à l'absinthe. La manière de préparer l'absinthe joue un rôle capital dans son goût final en permettant aux arômes de plantes de se libérer et de prendre de l'ampleur face aux autres arômes.

Durant ce processus, les ingrédients non solubles dans l'eau (principalement ceux de l'anis vert ou étoilé, ainsi que le fenouil) forment des émulsions ; ce qui trouble l'absinthe

Avec l'accroissement de la popularité de la boisson au XIXe siècle, l'usage de la fontaine à absinthe se répandit. Cette fontaine particulière permet de verser l'eau au goutte à goutte sans avoir à le faire à la carafe, ainsi que de servir un grand nombre de verres à la fois.

Traditionnellement, le sucre ne se brûle pas.

Preparing_absinthe

Absinthe__spiritueux____Wikip_dia

 

Frédéric_Christol_-_L'Alcool_!_Voilà_l'ennemi

 


 

a2a1a5f4dd36329669f2959b1285d2db

L’Estragon, Artemisia dracunculus, est une espèce de plantes herbacées vivaces semi-persistantes de la famille des Astéracées (Composées) originaire d'Asie centrale, cultivée pour ses feuilles parfumées à usage condimentaire. et donc elle habite plutot les jardins!

Plante herbacée de 80 cm de hauteur environ, à nombreuses tiges très ramifiées, à feuilles étroites, pérenne par sa souche. Les feuilles, étroites, lisses et brillantes, de couleur vert foncé, disparaissent pendant l'hiver.

Fleurs jaune verdâtre, assez rares, généralement stériles.

Noms communs : estragon, herbe dragon, armoise âcre.

L'estragon fait partie de la liste des plantes reprise dans le Capitulaire De Villis (VIIIe siècle).

Le Capitulaire de Villis est l'énumération des 94 plantes (73 herbes, 16 arbres fruitiers, 5 plantes textiles et tinctoriales) que les domaines royaux se doivent de cultiver, le seul exemplaire encore existant est conservé à la Bibliothèque de Wolfenbüttel en Allemagne.

Capitulaire_De_Villis___Wikip_dia

Capitulare_de_villis_vel_curtis_imperii_LXX(1)

Étymologie et autres noms

La forme serpentine de la racine de l'estragon faisait croire aux herboristes qu'il pouvait guérir les morsures d'animaux venimeux, selon la théorie des signatures. De là est venu le terme grec drakon (dragon), l'arabe tarkhum (petit dragon) et le nom latin de l'espèce : dracunculus (petit dragon).

3102305663_1_3_pX6T1IiU

La théorie des signatures ou principe de signature est un mode de compréhension du monde, où la forme des créatures indique leur rôle et leur fonction. Elle s'applique surtout aux plantes médicinales pour leur valeur thérapeutique.

Cette théorie se développe en Occident médiéval et sous la Renaissance, reprise par de nombreux médecins, botanistes et alchimistes. Les figures marquantes sont le suisse Paracelse, qui formule le principe simili similibus curantur « les semblables soignent les semblables », et de l'italien della Porta qui pousse la théorie à l'extrême.

Cette théorie disparaît du monde savant à partir du XVIIIe siècle.

Th_orie_des_signatures___Wikip_dia

 

Culture

Multiplication par bouturage ou par marcottage en été (août), ou bien par division de touffes. Repiquer les plants au printemps, dans un sol frais et léger, riche en humus.

Récolte environ un an après plantation (de jeunes plants). Prélever les rameaux avant la floraison.

Les feuilles d'estragon se conservent après séchage à l'ombre, réduites en poudre, dans des boîtes hermétiques. Elles peuvent aussi être congelées.

 

Utilisation

Feuilles d'estragon séchées

Les feuilles d'estragon sont utilisées, fraîches ou séchées ou en poudre pour aromatiser des plats (lasagne, crudités, sauces, poissons…) ainsi que les conserves au vinaigre (cornichons, variantes).

L'estragon fait partie des fines herbes. Il donne la saveur principale de la sauce béarnaise ou de la sauce gribiche.

La sauce béarnaise, est une sauce émulsifiée chaude à base de beurre clarifié, de jaune d'œuf, d'échalote, d'estragon et de cerfeuil, servie pour relever les viandes. C'est une variante de la sauce hollandaise.

Contrairement à ce que laisse penser son nom, cette sauce n’est pas originaire du Béarn, mais de la région parisienne. Elle a été créée par hasard le 24 août 1837 par Jean-Louis-François Collinet, chef cuisinier au Pavillon Henri IV, à Saint-Germain-en-Laye. Une réduction d’échalote ratée fut rattrapée par le chef qui réalisa une émulsion avec du jaune d’œuf.Interrogé par les clients sur le nom de cette nouvelle sauce, il improvisa celui de « sauce béarnaise », son regard s’étant porté sur le buste d’Henri IV, natif de Pau, la capitale du Béarn, qui trônait dans la salle.

La sauce gribiche est faite à base d'œufs durs, les jaunes émiettés et les blancs coupés en petits cubes, de moutarde, puis montée avec une huile au goût neutre, de type arachide.

Les feuilles sont aussi utilisées pour l'élaboration d'une liqueur d'estragon, une spécialité provençale.

Le Tarkhoun est fait à base d'extraits d'estragon.

Le Tarkhoun («Тархун») est un soda non alcoolisé de couleur verte, préparé à base d'eau, d'acide citrique, de sucre et d'extrait d'estragon. (Est de l'Europe)

Santé

Herbe aromatique et médicinale traditionnelle, l'estragon a révélé par la suite posséder des propriétés antioxydantes qui limitent les dommages causés par les radicaux libres dans l'organisme. Ses propriétés comme anti-allergène restent à quantifier.

En revanche, son action apaisante sur le système nerveux central préconisée en cas d'insomnie, d'anxiété ou de spasmophilie n'a pas été prouvée. Toutefois, des traces de deux benzodiazépines (délorazépam et témazépam) ont été trouvées dans les cellules cultivées de cette plante. Par ailleurs, son utilisation traditionnelle dans le traitement du diabète ne ferait qu'agir sur les symptômes et non sur la glycémie.

Cette plante contient des quantités non négligeables de vitamine K, les personnes prenant des médicaments anticoagulants doivent donc limiter sa consommation. C'est aussi une source intéressante de fer et de manganèse.estragon-artemisia-dracunculus

L'huile essentielle d'estragon est obtenue par distillation à la vapeur d'eau des feuilles. Il faut environ 100 kg de plantes séchées pour obtenir 1 kg d'huile essentielle.

Cette huile essentielle dangereuse en cas d'usage abusif, connue pour ses propriétés abortives.

Consultez un aromathérapeute pour plus de renseignements;


L'estragon doit son odeur anisée à la présence d'estragol, un composé de la famille des phénylpropènes, cancérogène et tératogène chez la souris.

 


 

Les plantes ont des pouvoirs énergétiques, puisqu'elles transforment l'énergie du soleil et les éléments, voici le témoignage de Cathy de "Armoisine" sur ces aspects plus confidentiels.

La face cachée des Artemisia

   Hormis les aspects esthétiques, pharmaceutiques et condimentaires des nombreuses Artemisia, il existe un autre aspect de leur personnalité, un aspect plus confidentiel et très ancien : leur utilisation en tant que plante de pouvoir.

   Celle qu’on appelle la Mère de toutes les Herbes possède de nombreuses vertus autrefois appelées magiques.

   Il est dit qu’elle apporte la clarté divinatoire, et que les voyants peuvent nettoyer les objets dont ils se servent pour que leurs visions soient plus claires.

   Si on suspend un bouquet d’armoise à sa porte, on protège la maison de la foudre.

   Et en mettant quelques feuilles d’armoise sous son oreiller, il est possible de voir en rêve le visage de son futur époux.

Voici les variétés utilisées :

  1. L’Artemisia vulgaris, que je cueille une fois par an, à la Saint Jean pour qu’elle soit la plus puissante possible, et que je fais sécher deux ans. Au bout de ces deux années elle a concentré sa force, et j’en fais des bâtons à brûler qui seront utilisés uniquement par les femmes, pour se purifier et harmoniser leurs énergies. On les utilise en fumigation comme on le ferait d’un bâton de Salvia apiana (sauge blanche).
  2. L’Artemisia alba Turra, armoise camphrée, qui me sert en extérieur, pour protéger l’endroit où je vais m’installer pour travailler.
  3. L’Artemisia ludoviciana, dont je fais des infusions que je pulvérise pour purifier et protéger des lieux.
  4. L’Artemisia dracunculus (estragon), que je sème pour la cérémonie wiccane d’Ostara, afin de célébrer le printemps et d’attirer la prospérité.

   Il faut être très prudent lorsqu’on cueille de l’armoise dans la nature : c’est une plante qui purifie les énergies, mais elle nettoie aussi les sols : elle est gourmande de nitrates et pousse très fréquemment au bord des champs, dans les fossés. Elle devient alors très haute, très attirante, mais elle est gorgée de matières toxiques et donc peu propice à un usage énergétique ou alimentaire.

Vous pouvez trouver plus d’informations sur les encens sur mon site www.armoisine.com


Aucune description de photo disponible.