Mélilot officinal Melilotus officinalis

Illustration_Melilotus_officinalis1Grand

Le Mélilot officinal ou Mélilot jaune (Melilotus officinalis) est une plante herbacée à fleurs jaunes de la famille des Fabacées (Légumineuses), sous-famille des Faboideae, tribu des Trifolieae. Elle présente un intérêt comme plante fourragère et comme plante mellifère.

Étymologie

Littéralement « Lotus à miel » (du grec meli, miel, lotos, lotus).

Noms vernaculaires

Mélilot officinal, Mélilot jaune, Petit-trèfle jaune, Couronne royale, Luzerne bâtarde, Trèfle des mouches, Herbe aux puces.

en : melilot, de : Honigklee, ro : sulfina, it : meliloto.

Description

Plante bisannuelle, de 30 à 120 cm de haut, à tiges dressées, à nombreuses petites fleurs jaunes disposées en grappes allongées ; floraison de juin à octobre. Les feuilles ont trois folioles denticulées. Les fruits sont des gousses droites non arquées, vert noirâtre à maturité. Cette plante contient de la coumarine, qui lui donne une odeur agréable.

Répartition

Elle est très répandue, en plaine, dans les régions tempérées d'Europe.

Utilisation

Quelquefois cultivée comme fourrage, elle risque de provoquer chez les bovins la maladie du « mélilot gâté » lorsque le foin mal séché fermente. La coumarine se transforme alors en dicoumarol, agent anticoagulant, dont l'ingestion peut provoquer des hémorragies.

Elle est très visitée des abeilles ; elle peut aussi constituer un bon engrais vert: pour cela, on la trouve souvent dans la rotation culturale en agriculture biologique.

C'est une plante médicinale dont les sommités fleuries sont employées pour leurs propriétés anti-inflammatoires et protectrices du système vasculaire et anti-spasmodique. C'est un préventif des thromboses et embolies. Elle est employée en médecine populaire pour ses propriétés résolutives, émollientes et calmantes (sédative).

Tous ont des propriétés semblables et parmi eux, le mélilot officinal est une plante médicinale dont les sommités fleuries sont employées pour leurs propriétés anti-inflammatoires et protectrices du système vasculaire et anti-spasmodique. Ce serait un préventif des thromboses et embolies. Il est employé en médecine populaire pour ses propriétés résolutives, émollientes et calmantes (sédative).

En phytothérapie il est utilisé sous forme de teinture mère de mélilot pour soigner les jambes lourdes et les bouffés de chaleur et pour lutter contre les effets indésirables de la ménopause, par son action fluidifiante sur le sang.

Le Mélilot blanc

Le Mélilot blanc (Melilotus albus) est une plante de la famille des Fabacées. C'est une excellente plante mellifère.

Melilotus_albus_-_valge_mesikas

Les vertus du mélilot blanc

Le mélilot blanc a des vertus médicinales. C’est un antispasmodique, antiseptique et diurétique. On l’utilise également pour aider à mieux dormir et pour calmer la nervosité.

Et en cuisine, avec leur parfum vanillé, les feuilles de mélilot blanc sont utilisées dans la préparation des plats sucrés. Encore jeunes, et avec leur goût amer et aromatique, elles trouvent bien leur place dans les salades.

Les graines de cette plante aromatique, ainsi que les fleurs, peuvent servir d’épices pour certains fromages.

Consommé à de très fortes doses, le mélilot blanc peut se révéler toxique. D’où la nécessité de faire attention et de ne pas tomber dans l’excès.

Merci wikipedia!

RECETTES bien être avec les Mélilots

Baume pour les varices et les jambes lourdes, entre autres !

  • faire macérer une vingtaine de jours des sommités fleuries de Mélilot dans de l'huile (olive)
  • filtrer
  • dans une casserole, faire fondre très doucement de la cire d'abeille, ajouter l'huile et quelques gouttes d'huile essentielle (géranium rosat, citron, ylang ylang par ex), on peut aussi mettre un peu d'extrait de pépin de pamplemousse (anti-bactérien), du miel . pour ma part, ma cire est artisanale et contient encore un peu de miel.
  • verser dans les pots propres et fermer avec le couvercle
  • proportions : 12% de cire d'abeille
    88% d'huiles végétales fluides à température ambiante
    Pour un baume en pot destiné à être appliqué sur de petites surfaces de peau.

P1060170

P1060171

Le vinaigre de fleurs

reine des prés fleurs

20170530_110027

robinier_fa_fleur

sureau_noir_fleur_ph

Melilotus_officinalis_bgiu

Prendre 100 gramme de chacune des ces fleurs fraiches ou sèches, les faire macérer dans 2 litres de vinaigre fort (cidre) pendant 15 jours.

On utilise ce vinaigre en le diluant dans 1 litre d'eau (2 cuillères à café de ce vinaigre), en ablutions du soir

propriétés : à tester !

P1100018

Vinaigres

Couramment utilisés jusqu’au XVIII S pour les soins du visage, ils se préparent avec du vinaigre de vin ou de cidre dans lequel vous laissez macérer divers extraits végétaux ( fleurs, écorces, résines, aromates) pendant quelques jours.

Ils ont la double tache de nous parfumer (on sent pas le vinaigre) et de désinfecter l’épiderme. Une cuillère à soupe de vinaigre diluée dans 10 cl d’eau de source. Excellent après-rasage aussi !!

Quelques recettes de vinaigre :

Vinaigre rosat (peaux normales ou mixtes)

50 g de pétales de roses rouges séchées et 50 cl de vinaigre (de cèdre ou de vin).

Mettez à macérer les fleurs ou le vinaigre pendant 21 jours. Filtrez. Conservez en flacons de verre bien bouchés.

Vinaigre pour peaux grasses

20 g de sauge, 20 g de menthe, 20 g de romarin, 20 g d’achillée mille-feuille, 50 cl de vinaigre. Procédez comme précédemment (eaux florales)

Vinaigre fleuri (toutes peaux)

50 cl de vinaigre, 10 g de pétales de rose, 10 g de tilleul, 10 g de camomille, 10 g de lavande, 10 g de mauve, 10 g de souci. Préparation idem eaux florales.